Numérique en zone CEMAC : Judith Yah Sunday adhère à la réduction de la fracture

►► Dans l’optique de saisir les opportunités économiques, la Directrice Générale de Camtel Judith Yah Sunday appelle à la coopération et la solidarité pour réduire la fracture et le désenclavement numérique en zone CEMAC.

 

 

Afrique54.net |C’est au cours de la Journée Camtel de la diplomatie et de l’intégration sous-régionale tenue le 29 avril 2024 à Yaoundé, que Camtel s’est positionnée comme leader de la transformation numérique en Afrique Centrale.

Organisée dans un double contexte de célébration, à savoir les 25 ans d’existence de la Cameroon Telecommunications et la 15ème édition de la Journée de la CEMAC, la Journée CAMTEL de la diplomatie et de l’Intégration sous-régionale traduit la volonté et  « la quête permanente du Cameroun et des pays de la sous-région, d’un idéal communautaire autour du vivre-ensemble, » indique Madame le Directeur Général de Camtel dans le discours d’ouverture des travaux.

 

Coopération et solidarité, gage de la réduction la fracture numérique de la zone CEMAC

Placée sous le thème, ‘’Coopération numérique internationale, intégration sous régionale et transformation structurelle de l’économie camerounaise’’,  cette journée offre également aux pays concernés, l’occasion de marquer un temps d’arrêt pour dresser le bilan de l’intégration sous-régionale et de décliner des perspectives en la matière.

 

 

Disposant d’un potentiel indéniable pour réduire  la fracture et le désenclavement numérique il est crucial pour les pays de la zone CEMAC « de promouvoir un modèle de développement axé sur la coopération et la solidarité, afin de relever les défis de l’appropriation des domaines tels que l’intelligence artificielle, les métadonnées, l’internet des objets et le numérique en général, qui offrent de réelles opportunités sur le plan économique », appelle Judith Yah Sunday dans son discours de clôture des travaux.

 

 

Camtel : Leader de l’intégration numérique sous-régionale

Forte de ses vingt-cinq ans d’expérience, la Camtel entend apporter sa contribution pour la constitution de l’intégration numérique en  Afrique Centrale. La trajectoire sur laquelle la société Camtel est engagée, l’oblige à se surpasser dans son offre de services, en alliant modernité et qualité, pour renforcer sa compétitivité aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale. Cela passe également par un renforcement de la collaboration avec les différents acteurs du numérique. C’est dans cette perspective qu’en décembre 2021 que la Camtel a créé l’Association des Opérateurs de Télécommunications d’Afrique Centrale.

 

« Je n’ai point de doutes qu’en conjuguant nos efforts, nous parviendrons à relever le défi du développement socio-économique des différents pays de la sous-région en promouvant de manière adéquate le levier du numérique », argue le Directeur Général de Camtel.

 

 

Les  recommandations majeures

Les travaux de la Journée Camtel de la diplomatie et de l’intégration sous-régionale ont été meublés par une série d’interventions autour de la thématique centrale. Ces activités  ont spécifiquement porté sur les questions relatives aux avancés et défis de l’intégration sous- régionale en zone CEMAC ainsi qu’à l’interconnexion numérique en lien avec l’intégration sous-régionale.

A l’issue des travaux, les recommandations interpellant aussi bien les gouvernements, la Camtel et l’ensemble des opérateurs de  téléphonie ont été faites. Elles concernent d’une part le développement du numérique associé à l’intégration sous-régionale, et d’autre part le renforcement de l’intégration numérique.

 

 

Il est recommandé aux gouvernements, d’accélérer au niveau des pays et à l’échelle sous-régionale des investissements structurants dans le développement des infrastructures  numériques ; de renforcer la coopération avec les autres pays de la CEMAC en matière de cybersécurité en vue de consolider la confiance numérique et promouvoir les investissement dans le secteur ; saisir le numérique comme un instrument stratégique qui permettra de mettre en œuvre une véritable politique de commerce extérieur via une politique de contenu ; faire de la sensibilisation des ressources humaines sur la cybersécurité un pilier critique de lutte contre la cybercriminalité.

A Camtel, il est recommandé de renforcer l’accès à internet aussi bien au plan géographique que financier à travers l’extension de la couverture numérique dans les  localités enclavées et la réduction des coûts de connectivité ; développer les projets permettant de monétiser l’infrastructure de Camtel en vue de booster l’économie numérique dans la sous-région.

 

LIRE AUSSI


 

© Afrique54.net| Eric Ngono, depuis Yaoundé

 

 

 

Facebook Comments Box