Filière cosmétique au Cameroun : une campagne nationale de sensibilisation et de recensement des acteurs de la filière lancée

► L’Association Nationale des Promoteurs de produits Cosmétiques (ANAPROC), en collaboration avec plusieurs administrations publiques a lancé à Yaoundé ce mercredi 21 septembre 2022, une campagne nationale de sensibilisation et de recensement des acteurs de la filière cosmétique au Cameroun.

 

Afrique54.net | Yaoundé –  « Je déclare solennellement ouvert, la campagne nationale de sensibilisation et de recensement des acteurs de la filière cosmétique au Cameroun », telle est la déclaration du secrétaire général du Ministère du Commerce, représentant le ministre Luc Magloire MBARGA ATANGANA à la cérémonie.

Les travaux ont connu la participation active d’une vingtaine de Ministères  à l’instar du  Ministère de l’Economie de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (MINEPAT),  le Ministère de la Santé Publique (MINSANTE), le Ministère des Mines de l’Industrie et du Développement Technologique (MINMIDT), du Ministère du Commerce (MINCOMMERCE), du Ministère des Petites et Moyens Entreprises de l’Economie Sociale et de l’Artisanat (MINPMEESA) et d’organismes publics tels que Agence des Normes et de la Régulation (ANOR), Agence de Promotion des Moyens Entreprises (APME, Agence de Promotion des Investissements (API), Bureau de mise à niveau des entreprises, etc.Prêt de 500 professionnels du cosmétique ont également pris part à ces travaux.

 

L’évènement, qui se tient dans un contexte où la filière est au centre de l’actualité, vise à faire un état de lieux, à mener une réflexion profonde sur les maux qui minent ce secteur d’activité et à renforcer le plaidoyer pour une meilleure compétitivité de la filière.

Ce projet permettra à terme de fournir une cartographie de ce secteur d’activité et d’avoir une meilleure visibilité de la filière cosmétique.Le gouvernement camerounais a profité de cette occasion pour renouveler sa disponibilité et son assistance technique nécessaire aux initiateurs pour la réussite de leurs missions.

 

Mettre fin à la contrefaçon et redorer le blason du Made in Cameroon

Selon le président de l’ANAPROC cette campagne vise également laprotection de la filière cosmétique. En effet, plusieurs produits d’origine douteuse inondent le marché camerounais. Leur qualité parfois médiocre est souvent à l’origine de la contre publicité dont les produits locaux font face. Il est question de lever le voile sur « le problème contrefaçon qui vient créer tout un désordre dans cette filière. Nous devons expliquer aux pouvoirs publiques que nous avons créé un dispositif de veille, de surveillance et d’alerte, pour nettoyer mais également pour engager une répression auprès de la brigade nationale de contrôle et de la répression des fraudes, afin de nettoyer véritablement cette filière», indique Michel KENFACK.

Pour le Secrétaire général du Mincommerce,« Il s’agit de faire de la filière cosmétique, une filière de référence, une filière économiquement et socialement rentable, au bénéfice de maillons de la chaîne de valeurs. Le message d’espoir et d’optimisme c’est également des et ambitieux promoteurs dans ce secteur d’activité. La valorisation des essences de notre biodiversité. Les fabricants locaux, pourraient améliorer de façon considérable la qualité de leurs produits, en intégrant dans leur composition, les nombreuses essences et autres écorces naturelles issues de notre riche et inépuisable biodiversité afin de mieux valoriser le made in Cameroon », indique le Secrétaire général de Mincommerce.

 

Exif_JPEG_420

Situation de la filière cosmétique

La filière cosmétique camerounaise emploie plus de 15000 personnes et génère annuellement 200 milliards de francs CFA. C’est l’un des secteurs qui promeut le mieux le « Made inCameroon » grâce au dynamisme de ses acteurs et à l’accompagnement du gouvernement. La fabrication, l’importation et la distribution des produits cosmétiques et de l’hygiène corporelle au Cameroun fait face à de nombreux défis. Mais en septembre 2020 les droits d’assise sur les produits cosmétiques locaux ont été suspendus, suivis de l’entrée en vigueur le 1er janvier 2021, de la Zone de libre-échange continentale africaine.

 

© Afrique54.net | Eric Ngono,  depuis Yaoundé

 

 

Facebook Comments Box

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here