Cameroun – Déclaration du 10 août : Les Femmes riveraines de monoculture du Cameroun contre la RSPO de Socapalm

► Le 21 septembre 2022 marque le Journée internationale de lutte contre les monocultures d’arbres. C’est  aussi la Journée Internationale de la Paix. A cette occasion, Afrique54 vous livre une copie  de la , la déclaration contre la RSPO écrite à Edéa, lors de la rencontre nationale des femmes riveraines de monoculture du Cameroun.

 

 

RENCONTRE NATIONALE DES RIVERAINES DES GRANDES PLANTATIONS DE MONOCULTURES DE A08-10 AOUT 2022

 DECLARATION CONTRE LA RSPO DE SOCAPALM

NOUS, RIVERAINES des agro-industries de monocultures du Cameroun : SOCAPALM (DIBOMBARI, EDEA, ESEKA, KIENKE, MBAMBOU, MBONGO, SAFACAM), SUDCAM/CEA, SOSUCAM, CAMVERT ;

Réunies àEdéa du 08 au 10 août 2022, dans le cadre de la rencontre nationale des riveraines du Cameroun ;

En partenariat avec le Réseau des Acteurs du Développement Durable, Green Development Advocate, SYNAPARCAM, WOCOTOMADI Cameroun, APDDH (défense des droits de l’Homme), Journalists for Earth, Jeunes Volontaire pour l’Environnement-Côte d’Ivoire, Jeunes Volontaire pour l’Environnement-Ghana, EPER Suisse ;

Nous nous plaignons des abus continuellement perpétrés sur les femmes et les familles riveraines de la SOCAPALM ;

Constatons le non-respect des clauses sociales et environnementales inscrites dans le cahier de charges, notamment :

  • Les accaparements des terres (extensions illicites, non rétrocession des terres, non respect de la justice sociale, non consultation des riveraines…) et les expulsions sans indemnisations ni compensations ;
  • l’absence criarde d’infrastructures de développement et services sociaux de base  (centres de santé, routes, hôpitaux, écoles et centres de formation, eau potable et énergie…) ;
  • La violation du droit à la nourriture par les famines du fait de l’absence des terres cultivables ;
  • Les violations des lieux cultuels et culturels (sépultures, sites sacrés) ;
  • Les atteintes aux libertés individuelles, la violation des droits socio-professionnels, les conditions de travail indécent, le travail sous tension, la discrimination à l’embauche ;
  • La non immatriculation des employés sous-traitant à la sécurité sociale ;
  • Les violences faites sur les femmes et les jeunes filles, y compris les femmes enceintes, les outrages sexuels des femmes et jeunes filles (les viols, le harcèlement sexuel, les détournements de mineurs…) ;
  • les débauches (la délinquance juvénile, la prostitution, la consommation abusive d’alcool et des drogues…)
  • Les troubles de jouissance, la confiscation des moulins des femmes, destruction des biens, les violations de domicile.
  • Les activités dangereuses illustrées par le creusage des tranchées ;
  • La pollution de l’air, du sol et de la nappephréatique souterraine ;
  • Les arrestations et détentions arbitraires, les intimidations et menaces,etc. ;

Vu la certification RSPO accordée à la SOCAPALM en 2020 et 2021 ;

Vu le décret N°2022/5074/PM du 04 juillet 2022, fixant les modalités de contrôle de la conformité sociale des projets;

Appelons au sens d’éthique, de justice et de responsabilité de l’organisme en charge des certifications RSPO !

Dénonçons avec véhémence l’octroi de la certification RSPO à la SOCAPALM !

Exigeons la rétractation et l’annulation de ladite certification !

 

 

Les signataires.

 

 

 

Facebook Comments Box

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here