Yaoundé : plus de 100 mille plateaux d’arachides caramélisés en circulation par semaine

► Selon une enquête menée par notre reporter, la commercialisation de ce produit fait à base de sucre et d’arachides gagne de plus en plus du terrain dans le commerce ambulant dans les rues de la capitale du Cameroun.

 

 

Afrique54.net | Yaoundé –  Poste central, 80 plateaux de ce produit prisé. Marché Mokolo, 460 plateaux (de l’axe Sapeur au feux-rouge Madagascar). Marché central, Marché du Mfoundi-Camair, Gare voyageur, 1000 plateaux enregistrés par jour. Quartier Ngousso, Fouda, Manguier, Mballa II, Nlongkak, plus de 23 mille plateaux enregistrés.

Avec plus de 2 millions d’habitants, les statistiques susmentionnées pour ces seuls quartiers, révèlent de l’important chiffre de la production d’arachides au Cameroun. Une production qui peut favoriser l’ouverture d’une usine focalisée sur la production d’arachides et les produits dérivés de celle-ci. Elle pourrait offrir des emplois et permettre à plusieurs familles de sortir du commerce ambulant.

Prix et bénéfices

Notons que cette enquête est le résultat de 02 années de suivi des commerçants de ce précieux produit oléagineux dans la capitale Yaoundé. Pour 2000 FCFA dépensé, la plupart se retrouvent avec un bénéfice allant de 3 000 FCFA à 5 000 FCFA. « Avec ce que je gagne chaque 2 jours, je peux nourrir ma petite famille et envoyer ma progéniture à l’école.

Déjà mes deux premiers aujourd’hui sont devenus ce qu’ils sont par le fruit de mon commerce », précise Élisabeth Oyono. Le produit se commercialise généralement dans des sachets de 50 FCFA, 100 FCFA, 200 FCFA et 500 FCFA. Il existe par ailleurs des mises en bouteille de 1000 et 2500 FCFA.

 

Bassin de haute production

Il faut rappeler que la région du Nord est l’un des plus grands bassins de production de l’arachide au Cameroun. Elle pourvoit à elle seule plus de la moitié des quantités consommées sur le territoire national. Même si la filière reste l’une des plus mal loties du secteur agricole à cause de l’absence d’une structure faîtière qui encadre les producteurs, il n’en demeure pas moins vrai qu’elle revêt une importance capitale dans la vie économique du pays. La preuve, l’arachide fait partie de la liste des céréales interdites d’exportation par la Direction générale des Douanes (Dgd) en décembre 2021, à l’effet de stopper la flambée des prix sur le marché local et d’assurer l’approvisionnement des populations et de mieux lutter contre l’insécurité alimentaire.

Bien que l’arachide ait enregistré une flambée de prix depuis quelques années, sa commercialisation fait de bon compte dans l’informel. Il suffit de mieux l’encadrer pour qu’elle puisse booster le développement économique du Cameroun.
© Afrique54.net | JGM,  depuis Yaoundé

 

Réagir 📢

📧[ Nous contacter ] 💌 [ Nous faire un don ] 🌐 [ Couverture médiatique ]

Facebook Comments Box

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here