Forces armées camerounaises : Le BIR livre bataille contre la cataracte à Garoua-Boulaï, 30 patients renouent avec la vue

► Les hommes du Bataillon d’Intervention Rapide (BIR), des héros en treillis et en blouses blanches, restent fidèles à leur slogan, « Force d’élite au service de la population pour la paix et le développement ». Constat a été fait dans la localité de Garoua-Boulaï dans la région de l’Est du pays  où ce slogan a résonné de plus belle.

 

Le Colonel François PELENE, Coordonnateur général du BIR

 

Afrique54.net Ils se sont ainsi illustrés par leur modestie et désir de servir, en portant gratuitement secours à ceux qui étaient dans la détresse. C’est donc à travers une campagne sanitaire que ces éléments du BIR ont brillamment livré bataille contre la cataracte. Profils de ces héros de Garoua-Boulaï

Hommages et reconnaissance de la nation.

À peine deux jours d’enregistrement et déjà 774 personnes reçues dans le cadre de l’opération « Bir Against Blindness »  à Garoua-Boulaï. Les statistiques sont bien parlantes. Au terme de la deuxième journée de la campagne de soins et de prise en charge chirurgicale contre la cataracte, 30 patients ont renoué avec la vue.

Rendu au deuxième jour, 30 autres patients se verront également bénéficier de cet élan de cœur afin de recouvrer leur santé parfaite. La campagne en question qui se déroule à l’hôpital protestant de la localité sus évoquée qui s’étalera sur 07 jours (du 19 – 25 juillet), est conduite par le Colonel médecin Alain MVOGO, Coordonnateur charge de la  santé au BIR. Action qui intègre parfaitement la logique armée-nation pour le maintient du principe civilo-militaire.

 

Grande est la satisfaction des patients quand après prise en charge, la lumière du jour se révèle de nouveau à eux. Impossible de cacher le sourire et la joie sur les visages. Le colonel Aboubakar, médecin chirurgien, peut d’ailleurs en témoigner de son expérience au cours de la campagne. Ce sont des hommes dévoués, prêts à servir la nation dans les conditions les plus extrêmes, les héros de l’histoire.

Au nombre de ceux-là, colonel Alain MVOGO, officier supérieur et pur produit de nos écoles militaires, est décrit comme un homme rigoureux qui sait si bien allier passion et médecine. Il sert de guide et de motivation pour les infirmiers techniciens supérieurs en ophtalmologie déployés à cet effet.

Colonel Aboubakar Hassan, chirurgien ophtalmologue. C’est l’homme à l’initiative des opérations du BIR contre la cataracte dans les hôpitaux. Il avait déjà fait preuve d’efficacité au bloc opératoire du centre médical du BIR à Limbé. Sa hardiesse et sa proactivité à l’action lui ont d’ailleurs valu les félicitations de sa hiérarchie directe pour implication dans le projet.

 

 

Dr Doka Titus, chirurgien ophtalmologue et Directeur des œuvres de santé de l’EELC. C’est le binôme du colonel Hassan. Civil de son état, il a toujours été présents dans le cadre du programmes « Bir Against Blindness ». En substance, il a été au tout début du programme à Waza.

Le Colonel François PELENE, Coordonnateur général du BIR, en a d’ailleurs saisi l’occasion pour lui adresser la reconnaissance qui est sienne.

Chef de bataillon NHOG Elvis NGOH, commandant le 2e BIR. Nul besoin de rappeler les nombreuses tentatives d’incursion en territoire camerounais des bandes armées en provenance de la République sœur de la Centrafrique. Militaire dans l’âme et discret, il se montre toujours aussi efficace.

Il a d’ailleurs été à la manœuvre dans la mobilisation d’une centaine d’éléments de sécurité, l’organisation du site et des moyens conséquents pour le transport des malades vers le site de l’opération. Toujours à l’écoute de sa hiérarchie, sa loyauté est sans faille.


Je soutiens Afrique54.net ICI


Lieutenant Adamou DJODA, technicien supérieur en ophtalmologie. Polyglotte, c’est l’homme du terrain qui s’est sincèrement proposé pour orienter un patient ayant perdu la vue depuis plus de 10 ans, et même de traduire fidèlement le message des malades dont certains étaient âgés de plus de 70 ans.

Inutile de signaler que la patience est ce qui le caractérise le mieux. Disposé à porter assistance, consoler et même conseiller tous ceux qui en ont besoin. Et c’est certainement à joie le cœur qu’il regagnera N’Gaoundéré où il est en service auprès du colonel Francis Jérôme.

 

By Aaron Katakap pour Afrique54.net

Facebook Comments Box

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here