Coup d’Etat en Guinée Conakry :  Le jeu de Nicolas Sarkozy et de Mahamat Idriss Deby avant la chute d’Alpha Condé

►► 83 ans et président de la République de Guinée depuis 2010, il entendait bien le rester, en mettant son esprit au diapason de ce pari jusqu’à ce 5 septembre 2021. ►►

 

C’était sans compter avec les velléités des forces spéciales menées par le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya (un ancien légionnaire de l’armée française, commandant du Groupement des forces spéciales). Enfoncé dans son canapé, la mine sombre, entouré des soldats d’élite, Alpha Condé est entré ce jour dans la galerie des anciens chefs d’État guinéens.
Le coup d’État est déjà consommé et réussi,  pour le géostratège camerounais Belinga Zambo, le séquençage de sa chute se décline en 3 temps : « l’arrivée de Sarkozy en Guinée, Sèkhoutouréyah Abdelkerim Idriss Deby et le dernier espoir posé sur Doha ».
« Condé était au courant d’une possible déconvenue à son pouvoir », décrypte Belinga Zambo. Comme élément à conviction, la visite très discrète de Nicolas Sarkozy à Conakry le 6 août 2021 en fin de matinée.
Selon des informations qu’il assume, l’expert camerounais précise que l’ancien président français a juste passé un peu plus de 3 heures en terre guinéenne.
« Ce jour-là, au cours d’un déjeuner en tête-à-tête, Sarkozy a tenté de convaincre Condé de quitter le palais, ce dernier a joué les héros », renseigne Belinga Zambo, très introduit dans les couloirs des palais présidentiels ouest-africains.
A LIRE AUSSI
Dans sa palette d’exclusivités, l’expert camerounais cite Ndjamena « qui a longtemps écouté les murmures d’un coup d’État d’une oreille lointaine ». L’on comprend pourquoi Sèkhoutouréyah Abdelkerim Idriss Deby (l’un des fils du défunt président tchadien Idriss Deby Itno et actuel directeur du cabinet civil du chef de l’État tchadien) était à Conakry. « Il était porteur d’une proposition de Mahamat Idriss Deby Itno d’envoyer quelques éléments des forces d’élites tchadiens pour renforcer la garde rapprochée de Condé », jure Belinga Zambo.
D’après lui, le désormais ex-président guinéen a même tenté de s’accrocher sur Doha comme « bouclier ». Le 31 août 2021 en effet, Alpha Condé, asphyxié par un manque soudain de finances et voyant les compétences du lieutenant-colonel Mamady Doumbouya s’élargissent dans le monde arabe, a eu un long échange téléphonique avec  l’Émir du Qatar Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani, sa proximité avec le nouvel homme fort de Conakry n’est plus à démontrer », scande Belinga Zambo.
..
By Afrique54.net l  Yolande Angoula

Facebook Comments Box