Gouvernance locale : Une dotation spéciale pour booster la Nasla

  • La National administration School of Local Administration vient de tenir en session extraordinaire de son Conseil d’Administration des assises.

  • Afin de voir, face à l’ampleur des défis et enjeux actuels auxquels est confrontée cette école, comment optimiser et penser le développement du pays, en lien avec la spécificité de chacun des territoires, et ce à plusieurs niveaux.

 

Afrique54.net – Les théories et les pratiques de développement en vigueur au 20ème siècle ont été profondément modifiées par la mondialisation, ses crises successives, et l’émergence de nouveaux questionnements sociaux ou environnementaux.

Le Cameroun, connait ainsi aujourd’hui des mutations économiques, sociales, culturelles et politiques les plus profondes et les plus significatives de son histoire contemporaine. C‘est au point que l’on peut sans doute lui espérer un avenir plus rapidement prometteur que ne le prédisaient les experts, avec la mise en place de la NASLA. Cette école née par décret du Chef de l’Etat le 02 mars 2020, a pour mission « d’assurer la formation professionnelle dans les domaines de compétences et spécialités de l’administration locale ».

Un financement additionnel

C’est donc une session extraordinaire du Conseil d’Administration de la National administration School of Local Administration (NASLA), aux allures d’une session budgétaire qui se tient en ce début de mois de juillet 2021. Non pas du fait qu’elle se tienne à la suite d’une précédente session ordinaire, consacrée à l’examen et l’adoption du budget. Mais parce qu’elle a été  consacrée à la répartition de la dotation spéciale octroyée par la plus haute autorité du pays.

« Après cela, nous avions bénéficié d’une dotation spéciale d’un milliards de francs Cfa du président de la république. Il était donc question d’intégrer cette dotation spéciale et de la ventiler dans les différentes activités de la Nasla » a fait savoir Tanyitiku Enohachuo Bayee, le Directeur Général de la Nasla au sortir desdites assises.

La rencontre, première du genre qui se tient hors de la ville siège de cette école, vise selon son Directeur général, à mettre en relief le caractère national de cette institution de formation. Cependant le rêve de développement local du pays, qui semble être  porté par tous, se heurte notamment à la réalité d’un environnement hostile où les idées ainsi que la volonté politique s’entrechoquent.

Si le développement a eu des effets positifs, certaines de ses dimensions ont paradoxalement appauvri des territoires entiers. On pense par exemple aux territoires ruraux désertés avec l’exode rural, ou encore aux pays qui exploitent leurs ressources au bénéfice de quelques-uns, ou parfois au profit d’autres pays. Petit à petit, l’idée qui s’était propagée à l’échelle mondiale d’un développement uniquement lié au progrès économique global, a commencé à s’affaiblir.

Une école d’opportunités pour les territoires

Cette remise en cause a créé des opportunités pour les territoires locaux. Et ces opportunités sont saisissables au moyen d’une ressource humaine qualifiée et issue d’un moule tel la Nasla.

A l’ère de la décentralisation, la reconnaissance progressive du rôle de la société civile dans la définition des politiques publiques ou encore le passage en 2015 des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) aux Objectifs du Développement Durable (ODD) offrent de nouvelles manières de penser le développement, et le rôle des acteurs locaux dans sa définition et sa mise en œuvre.

Face à l’ampleur des enjeux, il est crucial de penser le développement en lien avec la spécificité de chaque territoire, et ce à trois niveaux. A savoir, intra-territorial, supra-territorial et interterritorial.

Les défis de la Nasla

Les défis de cette nouvelle institution attendue au pied du mur se retrouvent dans les enjeux du développement local au Cameroun et dans bon nombre d’états africains. Les territoires sont aujourd’hui composés d’une diversité d’individus, d’organisations, qui portent chacun leur culture et leurs propres objectifs.

LIRE AUSSI

Le premier enjeu du développement local est de faire de cette diversité une force, et d’arriver à faire travailler ensemble les différents acteurs des territoires. Les idées et les capacités d’une association sont aussi importantes que celles d’une collectivité territoriale ou d’un groupe d’habitants pour faire émerger les solutions pour demain et améliorer le quotidien de tous.

Il ne s’agit pas de dire que chaque territoire va agir seul ; on sait bien aujourd’hui que non seulement il ne le pourrait pas mais qu’en plus il risquerait de faire des dégâts chez ses voisins.

Le cadre législatif global, les politiques publiques au niveau national, restent donc des facteurs décisifs pour orienter le changement. Mais il est indispensable de le faire en dialogue avec les territoires. C’est le deuxième enjeu du développement local. Le troisième enjeu repose sur la mise en réseau des territoires, en fonction de leurs problématiques ou de leurs projets communs. On peut citer le mouvement des villes en transition, ou le réseau des villes « creative cities » de l’UNESCO.

Source Photo : Nasla.cm

Ce renouvellement des approches doit s’accompagner d’une réflexion sur la démocratie et le rôle des autorités publiques locales dans leur capacité à animer une dynamique de développement local au service de l’intérêt général. Pour répondre à ces enjeux, la Nasla a fait le choix de former les professionnels du développement local.

Ces derniers ont un rôle crucial à jouer pour mettre en lien différents individus ou organisations, mais aussi pour impulser des dynamiques. Reste qu’il est essentiel de s’entendre sur la signification et le contenu de cette promesse : faire en sorte que la démocratie s’installe durablement, que l’économique rejoigne le social et que les dynamiques émergentes s’inscrivent dans un développement soucieux de la réduction de la pauvreté encore massivement présente. Un des enjeux les plus significatifs de cette exigence, est de miser sur un développement territorialisé, proche des populations et de leurs besoins.

 

By Afrique54.net l Thierry Eba

Facebook Comments Box

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here