INSEEC U., leader de l’enseignement supérieur privé français aux portes de l’Afrique

 

Dans une interview exclusive  accordée à notre journal à Afrique54.net, la Direction du Groupe INSEEC U,  nous présente cet acteur majeur du paysage éducatif français, présent en Afrique depuis quelques années à travers la Côte d’Ivoire, qui veut s’implanter dans tout le continent afin d’offrir des formations professionnalisantes aux jeunes Africains dans divers domaines.

 

Quelle présentation pouvez-vous nous faire du Groupe INSEEC U ?

INSEEC U. est un groupe privé d’enseignement supérieur et de recherche pluridisciplinaire en Management, Sciences de l’Ingénieur, Communication & Création et Sciences politiques. Implanté en Europe, en Afrique et aux États-Unis.

« Il forme chaque année 28 000 étudiants et 5 000 cadres. »

 

Acteur majeur du paysage éducatif français présent à Paris, Lyon, Bordeaux, Beaune et Chambéry, INSEEC U. propose des modèles pédagogiques permettant de relever les défis posés par les transitions économiques, digitales, sociétales et environnementales.

En prenant appui sur un corps professoral permanent et des intervenants du monde de l’entreprise, sur une recherche ancrée dans les réalités contemporaines et un réseau de partenaires à l’international, ses seize écoles assurent à leurs élèves une employabilité rapide et durable. Ses équipes, animées par la passion de la transmission et du partage, la liberté d’entreprendre et l’innovation dans les méthodes d’apprentissage au plus près des attentes des entreprises, confèrent à INSEEC U. une ambition reconnue au service de la réussite de tous.

Quelles sont les formations qu’offrent le Groupe INSEEC U à ses étudiants ?

C’est un groupe très divers constitué de plusieurs écoles du groupe. EBS, ECE, ESCE, HEIP, IFG, IHFi, INSEEC, IUM, Sup Career, Sup de Création, CEDS, Créa Genève, Sup de Pub, sont des marques du groupe INSEEC U.

Toutes ces écoles portent les valeurs du groupe INSEEC U. et un attachement culturel.

En quoi consiste la pluridisciplinarité dont prône le groupe ?

Comme il y a au sein du groupe une école de sciences politiques et de relations internationales, des écoles de commerce, de design, une école d’ingénieurs, elle concentre toutes les expertises nécessaires pour que les étudiants puissent travailler sur des projets communs. Ils se retrouvent en groupe avec des compétences diversifiées, un jeune qui étudie le management, un autre qui étudie le numérique, un autre qui étudie la communication et ils sont en apprentissage ainsi d’un modèle qu’ils rencontreront plus tard dans l’entreprise.

Même au sein de leur école, les étudiants du Groupe INSEEC U. ont la possibilité de suivre des cours d’humanités parallèlement à des cours plus techniques.

Les formations du groupe visent à leur offrir une nouvelle expérience pédagogique expérientielle, accompagnée, omnicanale et multimodale, avec de nouveau modèles pédagogiques partagées (compétences digitales, soft-skills,…).

Les partenariats endogènes au groupe existent. Par exemple, nous avons un programme, la startup factory, qui permet de développer la fibre entrepreneuriale et qui emmène quelques étudiants de l’ECE, de l’EBS et de Sup de Pub, autres écoles du groupe INSEEC U.,  sur notre campus de San Francisco : ils apprennent ainsi l’entrepreneuriat sous différents prismes : celui de l’ingénierie, mais aussi celui du management, du design, de la créativité et du business.

Il y a des activités communes, par exemple en juin a été organisé le Concours d’éloquence. Des étudiants d’horizons variés (écoles de commerce, écoles de pub, etc.) ont participé, cela symbolise l’unité dans la diversité, la lauréate a du parler sur cette phrase de Sénèque : « La vie ce n’est pas d’attendre que les orages passent, c’est d’apprendre à danser sous la pluie. »

 Le Responsible Research Advisory Board du Groupe INSEEC U s’est tenu pour la 2ème fois. Quels sont ses objectifs ?

Cette instance présidée par Madame Christine Albanel, ancienne Ministre de la Culture, se penchez sur les réalités du présent et comment mieux aborder l’avenir, réfléchit sur les évolutions du groupe. Le Responsible Advisory Board est très significatif d’une ambition de l’INSEEC U. et d’une exigence de réunir des gens qui ont des idées, qui ont fait leurs preuves comme le Président de la Ruche Bruno Humbert ou Dr Fathallah Sijilmassi, Dr en sciences économiques, ex Ambassadeur du Maroc auprès des Communautés Européennes puis en France, ex Directeur de l’Agence marocaine pour le développement des investissements et depuis 2012 Secrétaire Général de l’Union pour la Méditerranée.

Ils ont fait leurs preuves y compris à l’international

 

Figurent aussi au board Prof Mary Teuw Niane, Docteur en mathématiques, Ministre de l’ESR et de l’Innovation (2012/19) Sénégal, Professeur à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar,Président du Conseil d’Administration de PETROSEN Holding, Membre de l’Académie nationale des Sciences et Techniques du Sénégal, ainsi que des entrepreneurs comme Yseulys Costes, fondatrice de  Numberly (pionnier français du marketing digital),  ce sont des responsables qui ont fait leurs preuves y compris à l’international. C’est varié dans cette instance, il y a d’autres profils encore mais il y a beaucoup de passions en commun, c’est un groupe qui sera fécond.

 Quelles sont les stratégies de travail et les solutions innovantes proposées par ce comité pédagogique ?

Ce board voit que l’Afrique est le lieu de tous les possibles. Il y a beaucoup d’envies, des populations qui attendent des formations de qualité de l’enseignement supérieur, des formations professionnalisantes. Il ne faut pas être trop dans l’enseignement théorique et certains pays comme le Sénégal, les pays du Maghreb attendent du plus, de la qualité et je crois que le Groupe INSEEC U. est capable de le leur offrir. D’autant plus que les populations ont de plus en plus conscience de l’importance de la formation professionnelle supérieure.

Quelle est la place qu’occupe la formation à distance dans vos solutions ? Les jeunes Camerounais, Egyptiens, Tchadiens, Béninois, Kenyans, Zimbabwéens, Libyens… peuvent-ils se faire former depuis leur pays origine sans aller en Côte d’Ivoire ou en France ?

Il y a des besoins significatifs de formation en effet. Ils préfèrent les programmes blended ; un mix entre le présentiel et le elearning.


Téléchargez Outlook pour iOS


Présent en Afrique et plus précisément à Abidjan en Côte d’Ivoire, pourquoi le choix du continent africain ?

Le continent africain est en plein essor, et offre d’ores et déjà de nombreuses perspectives professionnelles. L’IFG Executive Education  propose de participer à une formation en Afrique afin de développer vos compétences sur place.

Toutes les formations IFG Executive Education Afrique sont éligibles au Fond de Développement de la Formation Professionnelle (FDFP), qui  fait partie d’un dispositif de formation professionnelle mis en œuvre en 1991, dans le cadre d’un Programme de valorisation des ressources humaines (PVRH).

 

Le FDFP oriente et met en œuvre la politique de formation de la formation professionnelle continue et l’apprentissage en Côte d’Ivoire.

 

Participer à une formation en Afrique d’IFG Executive Education permet de répondre aux attentes des entreprises à plusieurs niveaux :

  • Les recruteurs sont à la recherche de professionnels compétents, qui se sont formés afin d’améliorer leurs compétences en stratégie, management, leadership, marketing et ressources humaines. La demande de formations Executive va donc croissant.
  • Les cadres, dirigeants et managers ont besoin d’accéder à ce type de formation pour demeurer compétitifs. Ils calibrent ainsi leurs profils, ce qui leur offre la possibilité de générer de nouvelles opportunités d’innovation, d’entrepreneuriat, de stratégie et de leadership.

L’IFG Executive Education a une école de formation qualifiante à Abidjan. Nous proposons des programmes de management interculturel en Afrique pour que chaque participant apprenne à développer son leadership et monte en compétence dans ces domaines clés. La richesse de nos enseignements provient notamment de l’expansion culturelle et économique connue par ce continent en plein essor.

Quelles sont les perspectives pour la compétitivité des étudiants du continent à l’échelle mondiale dans les domaines de la comptabilité et de la gestion ?

De plus en plus de jeunes rejoignent des entreprises ou créent leur propre star, il leur faut donc s’équiper pour appliquer des méthodes de saine gestion. C’est pourquoi la demande en matière de comptabilité, de finance, de gestion est en forte augmentation, surtout dans les écoles comme les nôtres qui sont réputées et reconnues.

Comment comptez-vous répondre à la forte demande en ingénieurs du numérique du continent ?

Nous lançons des formations supplémentaires en France et à l’international. L’international : nous voulons accueillir de plus en plus d’étudiants internationaux, notamment non francophones ; c’est pourquoi nous proposons déjà des programmes 100% en anglais.

Par ailleurs, nous allons ouvrir un programme Bachelor à Abidjan à la rentrée 2022 ainsi qu’un programme de formation Executive en nous appuyant sur le choix du groupe INSEEC U.  de se positionner en Côte-d’Ivoire, pays qui présente une très forte demande de formation d’experts et de managers.

 Ces différentes ambitions se concrétisent, puisqu’à la rentrée 2021, nous proposerons trois nouveaux MSc en France :

  • MSc Sustainable Energy Futures (100 % en anglais), dédié à l’avenir des énergies durables, à la transformation et à la mobilisation des grands acteurs de l’écosystème sur les nouveaux modes de production et consommation d’énergie à venir. C’est l’un des seuls à associer une approche systémique du sujet aux potentialités des technologies numériques.
  • MSc Manager de la Cybersécurité,
  • MSc Data Engineer & Intelligence Artificielle (en partenariat avec Onepoint et Microsoft).

 

Interview réalisée par La Rédaction

Facebook Comments Box