Religion : Emmanuel Macron met en déroute les islamistes de France

Débordés par les pressions du président Français, Emmanuel Macron , les dirigeants du Conseil Français du Culte Musulman ( CFCM ) ont approuvé dimanche 17 janvier 2021, une « Charte des Principes » de l’Islam de France.

 

Afrique54.net – Le document litigieux affirme la « compatibilité » de la foi musulmane avec la laïcité, « l’égalité homme-femme » et rejette «  l’instrumentalisation de l’islam à des fins politiques ». Se félicitant du consensus trouvé avec  les membres du CFCM, constitué par la plupart des imams de France, le locataire de l’Elysée a salué lundi 18 janvier 2021 ce qu’il appelle « un engagement net, clair et précis en faveur de la République », selon les propos recueillis par nos confrères de France 24.

Source photo : news.sky.com

Un document truffé de contradiction sur l’Islam

Tout laisse entrevoir à la lecture de ce document qu’on veut implémenter en France, un islam d’un autre genre au lieu de l’Islam tel que conçu par son bâtisseur le prophète Mohammed. Toute chose qui vient justifier l’expression islam de France au lieu de l’islam en France. La disposition qui souligne

La « compatibilité » de  la foi musulmane avec la laïcité ferait l’objet d’une révolution en pays arabes. Selon Mohamed Abib Al-Jâbiri, philosophe marocain, la laïcité est un mot méconnu des pays  islamistes et arabes ; la religion musulmane étant parfois consacrée dans certains Etats à l’instar de la République d’Iran. En outre, « l’égalité homme-femme » dans l’islam serait plus une particularité française efforts qu’arabe. Avec des efforts consentis de nos jours en vue d’un islamisme réformiste ou moderne des thèses à l’instar de celle de Mahmoud Mohamed Teha voudraient sortir l’islam du carcan coranique pour intégrer la modernité.

Un document reprochable de par sa procédure d’élaboration

Pour Franck Frégosi, spécialiste de la gouvernance de l’islam en France, ce texte semble être pondu du haut vers le bas sans prendre en compte les réalités locales. Se confiant à nos confrères de France 24, le chercheur souligne que le problème de ce texte se situe au niveau des modalités de son élaboration qui fait suite à une injonction du Chef d’Etat français au courant du mois de novembre lorsqu’il a exigé d’avoir un conseil sur les imams de France. L’imam de Bordeaux, fait partie de ceux qui critiquent cette procédure.

LIRE EGALEMENT

Accrocher à sa lutte contre les séparatistes, le président français expose pour certain observateur plus son islamophobie qu’un véritable souci d’encadrement de cette religion.

 

© Afrique54.net Martin Ngane

Facebook Comments Box

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here