Cameroun : Adoption d’un plan de riposte humanitaire pour 2018 face aux crises

Le gouvernement camerounais et les partenaires humanitaires adoptent le plan de réponse humanitaire pour 2018.

 

 

Le Gouvernement camerounais, les agences du système des Nations Unies et les organisations non gouvernementales ainsi que les partenaires au développement ont débuté l’élaboration du Plan de Réponse humanitaire pour l’année 2018 lors d’un atelier tenu le 17 octobre à Yaoundé sous le haut patronage de Son Excellence Monsieur le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation. C’est le Cinquième Plan de Réponse que le Cameroun élabore depuis le début de la crise humanitaire en 2014.

L’adoption de ce Plan de réponse fait suite à la validation par l’Equipe Humanitaire Pays, de l’Aperçu des besoins humanitaires qui montre que sur les trois millions de personnes dans le besoin, 1.2 millions sont ciblées par l’assistance humanitaire en 2017.

Ces chiffres connaitront une légère hausse en 2018 si l’on considère les résultats des évaluations dans les secteurs de la sécurité alimentaire, de la nutrition et de la santé. Les zones prioritaires pour la réponse humanitaire demeurent les régions de l’Adamaoua, de l’Est, de l’Extrême Nord et du Nord.

Les travaux de l’atelier reprécisent pour 2018, les objectifs stratégiques de ce Plan de Réponse, confirme les besoins humanitaires et les zones d’interventions prioritaires et permettra de déterminer leur cout financier.

Les objectifs stratégiques retenus sont :

  • Fournir aux personnes en situation d’urgence, une assistance coordonnée, adaptée à leurs besoins nécessaires à leur survie.
  • Plaider pour l’accès à la protection, conformément aux lois nationales et conventions internationales ; promouvoir et renforcer la redevabilité envers les populations affectées, dans le respect des principes humanitaires.
  • Recueillir les données sur les risques et les vulnérabilités, les analyser par groupe d’âge et par sexe et intégrer les résultats dans la programmation humanitaire et de développement.
  • Renforcer les capacités de résilience des populations vulnérables, par groupe d’âge et par sexe, et aider les acteurs nationaux à prévenir et faire face aux chocs.

Le Cameroun fait toujours face à trois crises simultanées avec des effets conjugués : le conflit au Nigéria et les violences liées aux incursions de Boko Haram au Cameroun qui continue de causer des déplacements massifs de réfugiés nigérians et de Camerounais à l’Extrême-Nord ; Le conflit en République Centrafricaine qui a déplacé des milliers de réfugiés dans les régions de l’Est, de l’Adamaoua et du Nord. Enfin, les régions du Nord et de l’Extrême-Nord, situées dans la zone sahélienne connaissent, de manière récurrente, des sécheresses et des inondations qui perturbent les productions agricoles et animales exposant ainsi les populations à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition.

Face à ces crises qui perdurent, « il est important pour les acteurs, d’améliorer les liens entre la réponse humanitaire et les activités de développement pour non seulement répondre aux besoins urgents des populations, mais aussi pour améliorer l’accès aux services sociaux de bases dans les zones affectées par les crises et les catastrophes », a relevé Mme Allegra Baiocchi, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Cameroun et Coordonnateur Humanitaire.

Elle a en outre salué l’engagement constant du Gouvernement dans la définition de la stratégie de la réponse humanitaire.

Quant au représentant du Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, il a exprimé sa reconnaissance au nom du Gouvernement camerounais à tous les partenaires qui accompagnent la mise en œuvre du Plan de Réponse humanitaire.

 

 

 

 

Facebook Comments Box

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here