Urujeni Rosine est la Directrice générale par intérim de la Rwanda Cooperation, et était auparavant la directrice des opérations de l’entreprise, qu’elle avait rejointe dès sa création. Elle nous a parlé de l’équité entre les sexes et de sa vision d’une institution et d’un pays plus inclusifs.

 

Comment comprenez-vous l’équité entre les sexes ? Pourquoi est-ce important ?

Pour moi, l’équité entre les sexes consiste à réparer un tort. Pendant des siècles, voire des millénaires, une partie de l’humanité – les femmes – s’est vu refuser ses droits fondamentaux de manière très systématique, dans tous les aspects de la vie humaine : nos croyances, nos actions, et même la manière dont la société est structurée.

Ce déni structurel des droits s’explique et se justifie même dans la manière dont nous élevons nos enfants, en enseignant implicitement ou explicitement à certains qu’ils ont des limites alors que d’autres n’en ont pas, ce qui affecte leur estime de soi et la manière dont ils perçoivent leur place dans la société.

Pour moi, l’équité entre les sexes consiste donc à défaire tous les éléments qui ont contribué à cette situation et à ramener la société à ce qu’elle devrait être : un lieu où chacun, quel que soit son sexe, jouit de droits égaux.

Un aspect majeur de ce travail consiste à briser les barrières économiques auxquelles les femmes sont confrontées. Car au fond, la discrimination sexuelle est alimentée par le désir de contrôle et de pouvoir. Par conséquent, ce pouvoir et le type de dépendance économique qu’il crée sont souvent à l’origine de la violence sexiste.

Comment cela se traduit-il dans la réalité ? Il y a évidemment l’aspect de la législation sensible au genre et l’application de ces lois, mais comment faire pour changer les croyances qui conduisent au statu quo ?

Il faut que ce soit systématique ! La volonté politique doit être présente, afin que la discrimination, sous quelque forme que ce soit, devienne une infraction légale, mais aussi socialement inacceptable. Des efforts consciencieux doivent être déployés pour égaliser les chances en créant un environnement propice pour que les femmes puissent saisir des opportunités qui, autrement, sont établies d’une manière qui rend leur réalisation difficile, voire impossible, et qui sont des privilèges dont jouissent presque exclusivement les hommes.

Mais je me rends compte que c’est plus facile à dire qu’à faire, car en fin de compte, malgré la volonté politique, les lois et tout le reste, ce sont les gens qui sont chargés de mettre en œuvre ces solutions. Et le problème est que parfois, les personnes à qui cette tâche incombe ont des idées préconçues sur les rôles de genre avec lesquelles elles ont été élevées, qu’elles ont portées et auxquelles elles ont cru pendant des années, et qui sont en contradiction avec ce qu’on leur demande de mettre en place.

Que fait la Coopération rwandaise pour assurer un environnement de travail favorable aux femmes employées ?

Personnellement, je ne manque aucune occasion de remettre en question les préjugés sexistes sur le lieu de travail, qu’ils se manifestent dans le travail que nous faisons ou même dans des conversations informelles. Mais sur le plan institutionnel, nous mettons un point d’honneur à traiter tout notre personnel sur un pied d’égalité. La direction s’assure de traiter tout le monde de la même manière, quel que soit le sexe, et de prendre en compte l’avis de chacun de manière égale. Cela vaut également pour la répartition des tâches et l’attribution des avantages.

“Remettre en question les préjugés sexistes sur le lieu de travail, qu’ils se manifestent dans le travail que nous faisons ou même dans des conversations informelles. 

Une chose qui, à mon avis, serait très utile et que nous souhaitons vivement mettre en place, c’est d’avoir au bureau un espace de type crèche conçu pour répondre aux besoins des mères – avec une salle d’allaitement. Elles pourraient y amener leurs enfants de la maternelle au travail, où une baby-sitter aurait été engagée pour s’occuper d’eux. Ainsi, la mère peut se concentrer sur son travail en sachant que son enfant est pris en charge et qu’il est suffisamment proche pour qu’elle soit prête à intervenir en cas de problème. Ce système a été mis en œuvre dans certains pays scandinaves et a donné des résultats prodigieux en termes de productivité des employés. Alors pourquoi pas à Rwanda Cooperation aussi ?

Une autre chose importante est d’accorder aux mères de jeunes enfants une certaine flexibilité dans la manière d’effectuer leur travail. Ne pas être rigide en imposant des horaires de travail de 8 à 5, mais leur permettre de partir plus tôt ou même de travailler à domicile, tant qu’elles sont en mesure d’accomplir leurs tâches.

Une dernière question. Quels sont, à votre avis, les problèmes les plus urgents qui empêchent encore la pleine égalité des sexes ?

J’en vois trois : les croyances sociales et religieuses ancrées dans notre société, les mentalités et le manque de compréhension de l’égalité des sexes et du féminisme.

Nous savons qu’il existe une volonté politique de parvenir à l’égalité des sexes au Rwanda, mais le problème reste nous-mêmes. C’est pour cela que les femmes sont violées, et que les familles font tout pour cacher le fait au nom de la respectabilité, ou chassent la victime de la maison familiale, ou commencent à négocier en douce avec le violeur pour lui marier la victime.

LIRE AUSSI

C’est pourquoi vous ne trouvez pas d’entreprises offrant le type de facilitation aux mères qui travaillent que j’ai mentionné plus tôt, mais refusant plutôt de les embaucher parce qu'”elles font baisser la productivité”. En fait, je suis d’avis que les femmes devraient bénéficier d’un congé de maternité d’un an. À ce propos, les hommes aussi devraient bénéficier d’un congé de paternité plus long, afin de pouvoir s’impliquer davantage dans l’éducation de leur enfant. Je ne pense vraiment pas que quatre jours suffisent aux hommes pour profiter de la paternité et participer aux soins d’un nouveau-né.

La question est de savoir s’ils utiliseront le congé de paternité pour être paternels?

On ne peut que l’espérer ! [Rosine rit]

Vous aviez mentionné un manque de compréhension de l’égalité des sexes et du féminisme. Concentrons-nous sur ce deuxième élément.

Les gens ont tendance à comprendre le féminisme de manière très négative. En kinyarwanda, les féministes sont appelées “ibishegabo” (les aspirants hommes). Mais le féminisme, c’est tout simplement croire en l’égalité des hommes et des femmes, et travailler pour que cela devienne une réalité vécue.

Dans notre culture, si je dois réprimander quelqu’un en public, on me traitera d’igishegabo, de personne prompte à la colère. Tout simplement parce que je n’ai pas toléré une erreur, surtout si cette erreur venait d’un homme. Les femmes sont constamment soumises à ce genre de langage, simplement parce qu’elles expriment leurs préoccupations ou leurs frustrations, ou qu’elles ne restent pas silencieuses pendant que des gaffes se produisent.

Ce qui m’attriste, c’est que les hommes ne sont pas les seuls à agir de la sorte, les femmes le font aussi. Parce qu’on nous a appris qu’une femme bien élevée est une femme qui sait sourire, être timide et baisser les yeux. Cela me ramène à ce que je disais, à savoir que la seule chose qui doit vraiment se produire pour que nous puissions voir une véritable égalité est un changement de mentalité.

 

Source : Rwanda Cooperation

 

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here